FRAMES

une installation visuelle et sonore de Nicolas Clauss - 2018


Dans FRAMES, des corps, plus ou moins recroquevillés, s'affichent (à l'échelle 1) dans une pyramide de boites. Ils se meuvent tant bien que mal dans ces espaces restreints interprétant une partition commune (en temps réel, utilisant l'aléatoire), où le temps est étiré, où les gestes produits s'abandonnent dans une chorégraphie générale pour devenir autres. Ainsi, le procédé de lecture des vidéos modifie les gestes individuels initiaux pour produire de nouveaux motifs. La sémantique première du geste est finalement vouée à une infinité de possibles.

Ce nouvel opus illustre la fascination de l'artiste pour la figure et la condition humaine. En isolant les corps pour finalement les réunir en un amoncellement de boites et en les connectant à une même partition (une sorte de matrice), l'artiste interroge le rapport de l'individu au groupe. Il évoque les fils qui nous relient et ce qui nous isole, nous contient, nous enferme ou nous protège, les cadres de toute nature, quotidiens, sociaux, psychologiques, corporels mais aussi idéologiques, affectifs, représentationnels, cognitifs...

LES CORPS FILMES

Si la pièce a une dimension chorégraphique forte, les corps qui la composent ne sont pas ceux de danseurs ou de performeurs mais plutôt de personnes “ordinaires”. Ces personnes n'ont eu pour  consigne que celle de se mouvoir dans un espace limité, concentrées sur l’effort de passer d’une position donnée à une autre, dans un relatif inconfort et en difficulté physique. Les mouvements filmés ne sont pas définis en amont, Il s’agit de capter un matériau ordinaire, sans jeu ou intention, de filmer des corps cherchant de manière “naturelle” et “ordinaire” à se mouvoir dans une situation quelque peu “extraordinaire”.

 
MECANIQUE DE LA PIECE

La pièce réunit 8 boites en bois, contenant chacune un écran. Chaque écran est connecté à un ordinateur et peut diffuser 4 corps distincts (soit 32 personnes filmées). Les 8 ordinateurs sont eux mêmes connectés à un ordinateur maitre qui exécute la partition visuelle et sonore.  La pièce se joue en temps réel et se renouvelle sans cesse. Régulièrement un des corps disparait pour laisser la place à un autre. Les boites peuvent aussi se vider de leur contenu laissant l'image à une boite vide. Ces règles compositionnelles laissent ainsi la place à de multiples combinaisons... autant de tableaux possibles.

TECHNIQUE

9 ordinateurs, 8 moniteurs (50 et 55 pouces), 12 boites en bois (dont 4 socles), 1 à 2 paire(s) de haut-parleurs

dimensions : environ 4 m de large par 3 m de haut

coproduction Les Quinconces - L'Espal, scène nationale Le Mans, avec le soutien du DICAM.

 

 

ENGLISH

 

















Toutes photos exposition aux Quniconces, scène nationale, Le Mans ( 2018)

 

Little Boxes...