nicolas clauss

home-works-articles-bio-archives-contact

 

 

Les Traversants

Film pour 5 écrans, 8', 2017

Au début il y a les conteneurs, la marchandise et l'échelle démesurée du port du Havre, puis le métal qui trace son sillon dans un tunnel de mer et de ciel. Dans ce tunnel, des gros plans, les regards caméra des marins, traversent.
Durant l’automne 2016, la compagnie de transport maritime MARFRET a accueilli Nicolas Clauss en résidence à bord du porte-conteneurs Le Guyane pour une traversée de l’Atlantique d’environ deux semaines. Ce n'est pas la destination mais le mouvement incessant du navire qui importe, c'est le flux de marchandises, le télescopage des échelles, l'économie globalisée et ces regards singuliers.

Coproduction Hors Pistes / Centre Pompidou, avec le soutien de Marfret.

voir vidéo du premier volet (1/5)

 

Ecouter par les yeux d’un autre

Installation de Nicolas Clauss et Manon Avram - 2016

Les quatre tableaux explorent la dilatation d’un espace-temps. Sans début ni fin, ils rejouent à l'infini, selon une écriture générative, quelques secondes d’un lieu clos. Des corps en résistance, des tentatives d’action sans aboutissement, qui pourraient perturber, déstabiliser un équilibre par l’étrangeté de leurs rapports...

création lors du Festival Traverse Vidéo, sur le thême de l'atypique trouble




Agora(s)- Installation vidéographique générative - 2015

...Des places, des parcs, des plages ou encore des parvis où se jouent, se superposent et se télescopent une multitude de scènes de la vie quotidienne; où passants, badauds, personnes assises ou stationnant viennent marquer l’image de leur présence chorégraphiée par la machine (suite).

 

Endless Portraits, portraits vidéographiques génératifs - 2014...

Poursuivant la recherche menée dans les vidéographies aléatoires, Endless Portraits est une série de portraits en mouvement filmés à travers le monde (Séoul, Sicile, New York ...). Présentés sur de grand moniteurs verticaux, ces portraits d'un nouveau genre explorent la dilatation du temps vidéographique.
Ils n'ont ni début ni fin et rejouent à l'infini, selon une écriture générative, les quelques secondes de film dont ils sont constitués.


 

Arpettes (2014) est un tryptique vidéographique qui explore de manière semi aléatoire une séquence de 4 secondes du film Casanova de Fellini (1974). Le tryptique sans début ni fin rejoue à l'infini la séquence originale, la recadrant aléatoirement pour en faire ressortir ses qualités plastiques.

voir extrait vidéo

 

Antscape - installation générative - Nicolas Clauss et Sylvain Kassap - 2014
Développement technologique musique : Charles Bascou (Gmem-CNCM-Marseille)

Les recherches croisent celles du compositeur clarinettiste Sylvain Kassap, pour une pièce picturale et musicale, multi écrans et multiphonique où partitions sonore et visuelle dialoguent avec l'aléatoire. Des « paysages mentaux », des tableaux en mouvement invitent le spectateur à une expérience sensible, onirique et contemplative.

Production déléguée Seconde Nature. Co-production Lux Scène Nationale de Valence, GMEM-CNCM-Marseille, avec le soutien du Dicréam dispositif d’aide à la création artistique multimédia, du CNC, du Fonds [SCAN] Rhône- Alpes, de la Drac Rhône-Alpes et de la Région Rhône-Alpes, de la Drac Paca et de la Région Paca

 

Entraves (série) - tableaux vidéo génératifs - 2013

La série Entraves explore la répétition dans le geste chorégraphique, le mouvement y est ici isolé, décomposé jusqu’à l‘épuisement. Ces tableaux mettent en scène la tension entre le geste dansé et le traitement semi-aléatoire de la machine qui le contraint et l’enferme.

Danseurs : Laura Pétrosino, Gilbert Traina, Séverine Bauvais et Bertrand Lombard. Remerciements à Manon Avram.

voir extrait vidéo

 

In Amarcord - installation vidéo - 2013

L’installation se compose d’un extrait emprunté à Fellini ( Amarcord 1973), présenté en boucle sur un petit moniteur, et rejoué simultanément sur deux écrans vidéoprojetés.
L’écriture aléatoire introduite par Nicolas Clauss propose une relecture de la séquence initiale. Le travail sur le détail, les zooms dans l’image introduisent de nouvelles narrations et accentue les qualités plastiques de la séquence en travaillant la vidéo comme une matière picturale.

voir extrait vidéo

 

Entrelacs - tableau interactif - 2013

Entrelacs s’inscrit dans la création Intérieurs nuit / Extérieurs jour du le collectif K.O.com / Manon Avram
avec la participation de Stephan Krieger

 

La machine à rêves de Leonardo da Vinci avec Jean-Jacques Birgé, application interactive pour tablette Ipad -2012

La machine à rêves est une œuvre plastique, musicale, interactive, onirique et ludique. Une vision contemporaine de la cosmogonie de Leonardo da Vinci, issue de l’univers plastique de Nicolas Clauss et de l’univers musical de Jean-Jacques Birgé, qui invite à la manipulation et à la contemplation.
L’œuvre, conçue pour iPad2 ou iPad3, est éditée et produite par la Cité des Sciences et de l’Industrie dans le cadre de l’exposition Leonard de Vinci – Projets, Dessins, Machines (à Paris jusqu’au 18 août 2013)
Disponible gratuitement sur l’App Store depuis le 12 décembre.

 

Îlots - installation générative avec Uriel Barthélémi -2012

«Îlots» est une installation son et vidéo générative de Nicolas Clauss et Uriel Barthélémi, un travail sur un jeu de décomposition et de recomposition aléatoire de l’image filmée, un paysage pictural en mouvement. Ilots est également une oeuvre picturale et sonore, qui se déploie sur plusieurs écrans (trois dans cette exposition, plus dans sa forme immersive), en suivant une partition semi- aléatoire. L’ombre de l’urbanité (la vitesse, les flux contemporains, les datas, les informations) devient le filtre de perception de cette immersion dans une nature électronique, impressionniste, envoûtante, pleinement irréelle. Faisant appel à une écriture souple, son et image réajustent constamment leurs mires, leurs fragments de réalités.

Ce travail est une production de la Cie SoundTrack
http://www.urielbarthelemi.com/ilots/

voir extrait vidéo

 

Fès, vidéographie aléatoire #1 - 2012

Partant d'un plan fixe d’une place de Fès (Maroc) où figurent et apparaissent de nombreuses personnes, cette pièce interroge et explore la durée de l’image filmée. La déconstruction de la linéarité du film et la dilatation du temps vidéographique, permettent au spectateur de s’attarder et de se réapproprier une multiplicité d’instants et de détails. Remerciements Jean-Jacques Birgé pour les échantillons de violoncelles.

voir extrait vidéo

 

Terres arbitraires - installation vidéo -2010/2012

« Il nous reste toujours des terres arbitraires », Aimé Césaire (Cadastre, Ode à la Guinée)

« Attendons. La France quittera décidément le temps et l’espace coloniaux bien plus tard […] même si d’autres couleurs ont remplacé sur le planisphère le rose symbolique de l’Empire, les Français vivent toujours leur supériorité, sauf qu’elle est un peu plus en eux-mêmes enfouie, plus au bas, probablement dans les replis des intestins. Autrefois hautaine, cette supériorité, sachant que ses jours sont comptés, devient hargneuse. Et, pour l’agacer, voici que la France est toute parcourue de Noirs, de métis, d’Arabes, qui ne baissent presque plus les yeux : leur regard est au niveau du nôtre. » Jean Genet, Entretien avec Tahar Ben Jelloun, 1979

voir extrait vidéo de l'installation à Marseille

plus d'information sur Terres arbitraires

 

Flying puppet - tableaux interactifs et génératifs -2001/2010

Flying puppet
est un corpus d’œuvres qui depuis 2001 s’enrichit régulièrement de nouvelles pièces,  désignées sous le nom de «tableaux »,  visuels et sonores, interactifs et/ou génératifs.  En interaction avec le spectateur, ces  œuvres sont présentés sous forme d’exposition et d’installation.
Il s’agît de pièces mêlant la vidéo, la peinture, la musique, le geste et l'aléatoire ; les images et les sons, évoluent en fonction des mouvements que l’on exécute, formant ainsi une infinité de combinaisons sur lesquelles il ne saura jamais possible de revenir exactement. Invité à intervenir, le visiteur participe à cet étrange mélange de permanence des tableaux et de l’éphémère des mouvements. On crée et recrée sans cesse un espace proposé.

« Le rapport du "spectateur" à l’œuvre d’art "traditionnelle" est ici fondamentalement bouleversé. L’œuvre ne se donne pas à voir sous une apparence finie et immuable mais sous une infinité de manifestations visuelles possibles dont chaque actualisation est foncièrement unique »
G. L.

voir extrait vidéo d'exposition

 

MMIX - tableaux interactifs - 2009

MMIX (2009 en chiffres romains) est un ensemble de quatre tableaux interactifs où le geste du visiteur révèle ce qu'il voit et entend. Un travail qui traverse le réel et l'irréel, entre rêve et conscience, rage et peur, où l'humour et le drame sont cruellement entremêlés, suggérant la dimension tragique de la réalité.
Ces travaux font partie de la série de tableaux numériques commencée en 2001 pour la galerie virtuelle flyingpuppet.



co-production L'espal - scène conventionnée du Mans

 

Or not toupie suites - 2009

A partir du même matériau, Nicolas Clauss a conçu deux œuvres complémentaires, Or not toupie suites, l’œuvre interactive en ligne et Or not toupie, une installation immersive, visuelle et sonore.

Cette œuvre conçue spécialement pour le web*, privilégie un rapport intime avec l’internaute. En déplaçant la souris sur son écran, ce dernier révèle ou modifie les images et les sons apparaissant devant lui. Il les fait vivre à son rythme. C’est le geste qui dévoile l’œuvre. Les mouvements de souris révèlent ou modifient les images et les sons. La musique comme l’image ne sont jamais linéaires, elles sont interactives, faites d’éléments indépendants qui se superposent, réagissent aux mouvements de la souris et répondent à des lois aléatoires.

voir interview par Michel Reilhac

*co-production ARTE FRANCE - Unité de Programmes Cinéma et www.ARTE.tv

 

Or not toupie - installation immersive - 2007

"Fascinante texture plastique, la collecte d’objets, de sons et de pensées amorcée par Nicolas sous l’impulsion d’une thématique simple : « le fil qui relie l’adulte à son enfance », propulse le spectateur dans un cabinet de curiosités dense, où l’espace semble se mouvoir dans un liquide amniotique propice à l’introspection. Le site, moins cloisonné mais tout aussi riche, développe un jeu d’action - réaction avec le visiteur, dont chaque mouvement virtuel sera accompagné par la découverte de mécanismes obscures révélant nos souvenirs d’enfance. Des chimères et des ombres du passé qui reviennent frapper à la porte, et vous révèlent le sens de vos actions présentes…"
M.A.


co-production ZINC, en partenariat avec la Cité du Livre d'Aix-en-Provence, la MJC d'Apt, la Gare Coustellet, la Friche la Belle de Mai, Seconde Nature, le Portail des Savoirs-Association ADREP, Cultures du Cœur 13 et avec le concours du ministère de la culture et de la communication

 

Bise l'assaut, écluse n°13 - tableau vidéo génératif avec Patricia Dallio - 2008

Un parcours sur le Canal de la Marne à la Saône, à bord de péniches avec les habitants de l’eau, les mariniers.
Moments suspendus entre deux écluses, ces recueils d’ambiances sonores et d’images sont les matières premières d’une installation et d’une performance visuelle et sonore.

La vidéo projection sur un grand écran recrée des ambiances : des formes abstraites et géométriques évoquent des paysages chancelants. Les spectateurs sont immergés dans un environnement minéral et organique (pierre, eau, tôle, fer, végétation…) où défilent les images du territoire filmé depuis les péniches et les écluses.

voir la vidéo


co-production Sound Track - Arts vivants 52 en collaboration avec la Niche – association le Chien à Plumes, l’Hôtel du Lac de Villegusien et la DDE/VNF.

 

Un palpitant - 2006/2007

L’œuvre est constituée de 9 tableaux interactifs, visibles sur écrans plats ou projetés sur grands écrans, elle se décline en un parcours d’installations composé de 9 espaces où déambulent les spectateurs. Chaque espace de projection est agrémenté d’un mobilier minimal et plonge le spectateur dans l’ambiance de la rencontre qui a vu naître le matériau de l’installation.

voir vidéo de l'installation

voir en ligne

co-production L'espal- scène conventionnée du Mans

 

Les portes - installation interactive avec Jean-Jacques Birgé - 2006

Trois portes sans serrure, posées dans un espace décloisonné et vide. 
Le principe est simple : il suffit d’ouvrir une porte pour s’emparer de l’œuvre. En jouant sur le degré d’ouverture, le spectateur déclenche et module les sons et les images sur l’écran placé au-delà du seuil.

voir les vidéos de l'installation

co-production A.P.R.E. / ARCADI - Région Ile de France / avec le concours du Ministère de la Culture et de la Communication (DICREAM)
Avec le soutien de la Société civile des auteurs multimédia (SCAM, bourses d'aide à l'art numérique), de la SACEM, du Cube à Issy-les-Moulineaux et de l’espace Paul Ricard à Paris


 

De l'art si je veux - 2004/2005

A partir de ces collectes photographiques, vidéos et sonores ces jeunes nous livrent dans des tableaux interactifs leurs impressions et interrogations sur leur propre rapport à l'art et aux artistes qu'ils ont sélectionnés (Arman, Francis Bacon, Ben, Christian Boltanski, Maurizio Cattelan, Jake et Dinos Chapman, Marcel Duchamp, Edvard Munch et Daniel Spoerri).

voir l'installation

voir en ligne



co-production L'espal - scène conventionnée du Mans

 

Somnambules - tableaux interactifs avec Jean-Jacques Birgé - 2003

un spectacle chorégraphique et interactif en douze tableaux avec préludes. Il réunit la danse contact, la peinture, la vidéo et la musique. Il est présenté au public sous forme de projections sur grands écrans en interaction avec les spectateurs.

Les mouvements filmés des danseurs s'inscrivent dans des décors construits à partir d'éléments peints, jouant avec la matière et la transparence.
La musique, interactive, est composée en fonction des émotions qu'elle renouvelle à l'infini, dans sa confrontation aux images. L'interactivité, tant plastique que musicale, place l'utilisateur au cœur de la chorégraphie.

co-production A.P.R.E. / Thécif - Région Ile de France / Atelier de Paris - Carolyn Carlson / avec le concours du Ministère de la Culture et de la communication.
© A.P.R.E. 2003



 

home-news-bio-links-contact-newsletter-articles